vendredi 19 octobre 2007

Révolution

Si nous voulons changer les choses dans ce monde où une poignée d'hommes mène les autres ce sont les jeunes qui les changeront.

La révolution doit se faire par l'école apprendre aux élèves à choisir leur destin. Il ne faut pas détruire, il faut construire autrement. Combien de temps faut-il pour brûler une voiture, dix secondes et pour la construire?
L'école ne doit pas être une usine de modélisation des cerveaux pour intégrer le monde adulte. Elle doit être le lieu où en plus d'apprendre à vivre ensemble doit développer les dons de chacun. L’école doit apprendre à apprendre; elle doit donner les outils pour savoir.

Ne pas se laisser aller à la facilité, rien de positif n'est facile à faire. Profiter de l'expérience des autres c'est commencer à changer les choses. Il faut avoir un regard critique. Ce ne sont pas les communistes, ni même les anarchistes qui feront évoluer les idées. Ils sont enfermés dans des carcans, des principes dépassés. Donnez-leur le pouvoir, ils n'en veulent même pas ils sont mieux dans l'opposition. Ce n'est pas les politiques de maintenant non plus, eux ne pensent qu'à leur place. La politique c'est leur boulot. C’est cela qui ne va pas, le matin ils se réveillent et se disent "faut que j'aille au boulot" .Qu'ils se posent seulement la question qui est mon employeur? Le peuple? Ce serait leur faire trop d'honneur. Leurs employeurs ce sont les lobbies, les pétroliers, les financiers, les multinationales; ce sont eux qui payent leurs campagnes. Plus tard ce sont ces mêmes groupes qui donneront la marche à suivre.
Propos subversifs? Peut-être; des exemples? Sûrement.
Prenez le pétrolier prestige (le non est révélateur) il s'échoue sur nos côtes et celle de l'Espagne; le ministre de l'environnement du moment, la chef du parti des verts, dit :"ce n'est qu'un incident! «Fort! Non ? Que pouvait-elle dire d'autre, le possesseur du pétrolier est son employeur. C’est là que tout coince.
On nous rabâche les oreilles avec les scénarios catastrophes de la planète. Qui aurait dû prendre les bonnes décisions au bon moment? Ce sont les gens qui nous gouvernent. Le moteur à hydrogène, il y a longtemps qu'il est dans le tiroir des chercheurs. Il commence à sortir maintenant. Pourquoi pas avant ?, parce que l'eau (non potable du moins) n'appartient à personne et on veut avoir la main mise sur les ressources, taxer les gens. Ce sont les pétroliers qui ont interdit ce genre de révolution quitte à payer les inventeurs pour qu'ils gardent leurs travaux sous le coude.

Un pays l'a compris c'est le brésil, il a décidé de se défaire de ces empires multinationaux. Le Brésil s'est dit : "nous allons produire notre propre énergie; la canne à sucre». Maintenant l'un des plus grand pays du monde (par sa superficie du moins) utilise 65% de son carburant en alcool de canne à sucre. Il a même obligé les constructeurs automobiles du monde entier à modifier leurs voitures. Résultat: le carburant vaut moitié moins cher et ne pollue presque pas. Tout le monde est gagnant (pétrolier excepté). Quand je dis le monde c'est le Monde avec un grand M car nous profitons de la non pollution d'un pays immense. Il y a 25 ans que le Brésil a pris cette décision. Alors un tiers monde le Brésil! peut-être mais c'est le tiers gagnant. Ce n'est pas facile car en parallèle, les Brésiliens ont fait des médicaments génériques pour lutter contre le sida. Les laboratoires pharmaceutiques (de grands lobbies aussi) font le forcing pour que l'OMS interdise ces médicaments. Je ne m'appesantirais pas sur ce problème car là on touche l'horreur. Je poserais le genre de question :" A qui profite ce genre d'épidémie ?" .Dans un monde normal même loin d'être parfait on ne peut pas se poser ce genre de questions. C'est politiquement incorrect, ils ont même inventé une expression pour contrer les personnes 'mal pensante'.

Qui parle du Brésil quand il prend ce genre de décision, peu de personnes, ou alors des entrefilets comme ça pour se dire qu'on l'a dit mais pas trop fort pour pas déranger. Ce sont les mêmes qui mènent l'information (j'ai envie de dire la désinformation mais on va me taxer de subversif, d'utopiste, de critique. des mots qui ne sont pas que négatif pour moi) .Le problème est que chacun doit être à sa place et ne pas empiéter sur le domaine des autres. Je dis prenons la parole, même si cela dérange les biens pensants. Nous vivons dans un monde bien huilé au niveau de l'information. Un événement survient on sort du placard les spécialistes pour qu'ils viennent faire leur petits discours et repartir. Les banlieues par exemple combien de spécialistes nous avons vu défiler. Des personnes bien sous tous rapports certes, mais à part dans les livres que savent-ils des banlieusards. En me baladant sur le net je suis tombé sur une interview de Malik( Slammeur, moi non plus je ne connaissais pas). Ce mec a parlé pendant un quart d'heure de la vie et de ce que veulent et que valent les jeunes là-bas, eh bien croyez-moi cela vaut tous les discours de l’intelligentsia. L'intelligence n'est pas forcément là où on croit la trouver. Heureusement elle n'est pas réservée à l'élite. Ce sont des gens comme ceux-là qui peuvent révolutionner le monde. Les libres penseurs sont mal vus par les politiques et les médias qui servent ces derniers.
De quel droit Ardisson, animateur de télé pour ceux qui ne suivent pas, déclare ne plus vouloir recevoir untel parce qu'il a tenu des propos dérangeants. C’est un censeur un empêcheur de libre penser, un porte-parole du politiquement correct.
Lorsqu'il dit des choses comme celles-là il est sur une chaine publique, il n'a pas le droit de se servir de ce média pour enterrer quelqu'un. Bien sûr il est libre d'inviter ou pas telle personne en revanche il n'a pas le droit de jeter l’opprobre sur une personne qui ne partage pas ses idées.
La médiatisation à outrance génère des abus de pouvoir, pouvoir d'ailleurs qu'ils n'ont pas car derrière eux sont les ombres d'un pouvoir plus grand, ils ne sont que des marionnettes.

Maintenant il y a Internet et la liberté d'expression devient de plus en plus importante.
Une info circule à la vitesse grand V et ne peut pas être contrôlée, enfouie par les magnat de la presse.
En ce moment les gouvernants font avec, mais je vous le dis bientôt ils vont trouver une parade. Pour eux c'est impensable que tout le monde puisse s'exprimer, il leur faut canaliser, censurer et obliger que seules leur voix soit entendue.
Alors les jeunes apprenez, regardez et prenez le pouvoir.